Journalist & Filmmaker
viol4.jpg

Halte au viol sur les campus - 66 Minutes

Les victimes d’agressions sexuelles dans les universités sont de plus en plus nombreuses à témoigner publiquement et briser la loi du silence. Selon une etude du département de la justice, citée par la Maison Blanche, 1 femme sur 5 serait victime d’agression sexuelle pendant ses etudes !

Reportage 14’ tourné en Californie et diffusé sur M6/66 minutes - 2015

 A l’automne 2014, les victimes osent prendre la parole pour la première fois. Des manifestations ont éclaté dans la plupart des universités pour dire stop aux violences sexuelles et denoncer une “culture du viol” qui prévaut au sein des facs. Les étudiants dénoncent aussi le silence des universités, accusées d’étouffer ces affaires pour ne pas ternir leur image de respectabilité.

A l’automne 2014, les victimes osent prendre la parole pour la première fois. Des manifestations ont éclaté dans la plupart des universités pour dire stop aux violences sexuelles et denoncer une “culture du viol” qui prévaut au sein des facs. Les étudiants dénoncent aussi le silence des universités, accusées d’étouffer ces affaires pour ne pas ternir leur image de respectabilité.

 Face au problème, la Californie a pris les devants en votant une loi totalement inédite surnommée “Yes means yes” qui prévoit d’encadrer les relations sexuelles sur les campus. Selon le texte, les étudiants doivent s’assurer du consentement explicite de leur partenaire et l’accord n’est pas valable si le partenaire est sous influence de l’alcool ou de drogue. La loi est entrée en vigueur au 1er janvier 2015.

Face au problème, la Californie a pris les devants en votant une loi totalement inédite surnommée “Yes means yes” qui prévoit d’encadrer les relations sexuelles sur les campus. Selon le texte, les étudiants doivent s’assurer du consentement explicite de leur partenaire et l’accord n’est pas valable si le partenaire est sous influence de l’alcool ou de drogue. La loi est entrée en vigueur au 1er janvier 2015.